Les pirogues à Tam Coc avant l'arrivée des touristes

Tam Coc – La « Baie d’Halong Terrestre »

Classé dans : Découverte, tourisme | 0

Comme sa cousine la Baie d’Along, Tam Coc nous offre un paysage grandiose d’étendues d’eau et de pics rocheux karstiques.

Tam Coc, la Baie D'Ha Long terrestrePremier contact avec Tam Coc

Le bus qui va de Cat ba à MinBin nous conduit en réalité directement à Tamcoc, véritable centre d’intérêt de la région. Min Bin est en effet une  grande ville sans charme avec de nombreux artisans, sculpteurs sur bois ou sur pierre.

Sur la « Baie d’Halong Terrestre » on peut se déplacer de préférence à vélo ou en scooter. A pieds, les distances sont un peu trop longues entre les différents sites à visiter. Le scooter est permet une visite rapide, mais le vélo est idéal pour apprécier le calme de cet endroit exceptionnel. Cerise sur le gâteau, si comme moi vous adorez les paysages de montagne mais que faire du vélo vous demande un effort titanesque à la moindre côte, Tamcoc est un spot de rêve. Les chemins serpentent au niveau des rivières et des rizières entre les pitons rocheux qui vous entourent de toutes parts. Il y a plusieurs sites de visite en barque, tous ne présentent pas le même intérêt.

 

Boat trip à Tam Coc

Nous commençons par la visite de Tamcoc, d’où part une promenade en barque. On paie un forfait pour la barque plus une entrée par personne. Notre rameur est un homme, mais la plupart sont des femmes. Un règlement très strict est affiché. Les rameurs ne doivent pas ramer avec les pieds, ne doivent pas s’approcher des barques de marchands, ne doivent pas demander de pourboire, etc. Autant dire tout de suite qu’aucun point de ce règlement n’est respecté.

Nous sommes arrivés tôt pour être au calme, et c’est vraiment très agréable. On n’entend que le chant des oiseaux et le clapotis régulier des rames. Comme toutes ses collègues, notre rameur, au bout de quelques minutes, s’installe confortablement pour ramer avec les pieds. La technique consiste à faire pivoter la rame lorsqu’elle sort de l’eau, puis à nouveau juste avant qu’elle n’y rentre. La plupart des rameuses poussent alternativement sur leurs 2 pieds comme si elles pédalaient. C’est très efficace, et ça leur permet d’avoir les mains libres pour s’adonner à une autre activité.

En cette saison, les rizières sont inondées. Elles sont délimitées du chenal par un simple filet ou juste quelques piquets de bambou. Nous passons dans une longue grotte, longeons des éperons rocheux aux pentes abruptes, des rizières, des petits cimetières. Un pêcheur attrape des escargots à l’aide d’une longue perche munie d’un filet à son extrémité. Une flèche d’un bleu électrique très vif passe au raz de l’eau. C’est un martin pêcheur, qui se pose non loin pour nous laisser admirer sa gorge bien rouge. La petite croisière dure environ 2 heures. C’est très beau, mais le temps maussade ne nous permet pas de faire les photos que nous espérions.

 Mua CaveTrang An

Nous reprenons la moto pour aller voir Trang An. C’est le boat trip le plus fréquenté, mais aussi le plus beau d’après tous les commentaires que nous ayons lus. Il est impressionnant. La barque passe dans des grottes très longues et très basses. Mais on ne le fera pas cette fois-ci, le temps étant de plus en plus gris. On revient un peu en arrière, vers Mua Cave. La route est assez mal indiquée. On gare la moto, on prend nos tickets, , puis on commence à monter les 500 marches qui mènent au petit temple d’où la vue embrasse toute la région… en principe, car il se met à pleuvoir et la visibilité est d’une vingtaine de mètres tout au plus. On finit par renoncer à attendre l’éclaircie tant attendue, et on va manger au resto qui se trouve en bas des marches.

 

Bich Dong Pagode et Thung Nang

Etape suivante, Bich Dong Pagode. Là aussi, quelques marches à monter, et au bout une grotte. Rien de très spectaculaire mais le site est plutôt joli.

Au retour, nous passons près de Thung Nang Boat Trip. C’est très tranquille, pas beaucoup de bateaux ni beaucoup de touristes. On prend le chemin qui longe le chenal. Arrivés au bout, au moment où nous allons faire demi-tour, un guide qui accompagne 2 touristes à vélo nous indique qu’on peut poursuivre et faire une boucle. On continue donc. Le chemin est de plus en plus boueux et glissant, jusqu’à devenir quasi-impraticable. Grosse galère… Finalement, après plusieurs chutes, on arrive à la route couverts de boue. Bon plan seulement par temps sec !

 

Séjour à Tam Coc

Le lendemain, lors d’une balade à pieds dans les environs immédiats de Tam Coc, nous découvrons un homestay tellement génial que nous décidons de nous y installer et de prolonger notre séjour. C’est le Tamcoc Nature, des petits bungalows de bambou tout neufs, avec des terrasses surplombant le plan d’eau, super équipés, au calme, très belle déco, avec en prime un très bon resto. On prend des vélos pour aller vers Thung Nang et Linh Coc, mais on n’y entre pas. L’endroit nous paraît beaucoup trop artificiel et aménagé d’après les photos présentées sur les dépliants à l’entrée.

De retour à Tam Coc, on découvre un petit resto, « Rose », cuisine typique, correcte, mais surtout un accueil tellement souriant et sympathique qu’on ne résiste pas au plaisir d’y revenir le lendemain.

Le Temple de Bai Dinh près de Tam CocBai Dinh, un temple exceptionnel

Dernier jour à Tam Coc, on loue à nouveau une moto pour aller explorer des sites un peu plus éloignés.

Premier arrêt, Hoa Lu, l’ancienne capitale

Rien de très remarquable, 2 temples (on finit par être un peu blasés), un petit musée abritant les vestiges d’un très ancien palais, et un escalier de 250 marches qui ne mène… nulle part !

Bai Dinh, un temple hors normes

Nous décidons ensuite de pousser jusqu’à Bai Dinh, un temple dont personne ne nous a parlé mais qui figure tout de même sur le plan. Pour y arriver, la route est longue. Il nous faut contourner l’immense colline qui abrite le site. A l’entrée, nous prenons des tickets pour le minibus électrique.

La visite commence, et c’est vraiment un choc. Ce temple, construit il y a une dizaine d’années, est le plus grand d’Asie du Sud-Est. Immense, démesuré, gigantesque, pharaonique, je ne trouve pas de mots assez forts. Sur des centaines de mètres, des allées couvertes ponctuées d’escaliers montent vers des temples. Dans ces allées, tous les 3 mètres environ, trônent des statues de Bouddha de plus de 2 mètres de haut. Derrière, les murs sont entièrement couverts de niches abritant des statuettes dorées. Chacun des temples a une hauteur impressionnante et recèle des trésors de sculptures en marbre ou en bois doré ou laqué.

Le temple est très fréquenté par les vietnamiens (d’autant plus que nous sommes dimanche), mais il y a très peu de touristes. D’ailleurs notre présence intrigue et amuse un peu, et de nombreux groupes de jeunes vietnamiens nous demandent de faire des photos avec eux. Bien sûr c’est un temple flambant neuf, qui fleure bon le béton. On peut le trouver… trop! Trop grand, trop doré, trop kitch, mais on a adoré se retrouver dans ce lieu de culte très important pour les vietnamiens d’aujourd’hui.

Au retour, notre moto tombe en panne. Un gardien de parking appelle un vendeur de carburant pour nous dépanner. L’homme qui arrive, à vélo, des bidons d’essence sur son porte-bagages, est unijambiste ! Finalement, ce n’était pas une panne d’essence, et on doit appeler le loueur pour qu’il vienne nous chercher. Nous arrivons au homestay juste à temps pour prendre le bus de nuit qui nous mènera à Hué.

Images du Tam Coc

Cliquez sur une imagette pour l’agrandir et faire défiler les photos

 

 

 

 

 

Laissez un commentaire