Ces merveilleux voiliers traditionnels ont une forme assez similaire à celle des gommiers, mais ces derniers sont construits à partir d’un tronc évidé alors que les yoles rondes sont de construction complexe et élaborées à l’aide de nombreuses pièces de bois par des charpentiers très spécialisés. Elles font une dizaine de mètres de longueur. Initialement utilisés pour la pêche, les yoles rondes sont maintenant des bateaux de loisir.

Elles peuvent avoir un ou deux mâts, le plus court (mât de misaine) étant à l’avant, et l’autre à très peu de distance vers l’arrière. Leur voilure totale peut atteindre près de 90 m2, et ceci sans lest ni quille. La stabilité du bateau est assurée par les équipiers qui se tiennent en équilibre sur des pièces de bois massifs appelées « bois dressés ». Lorsque le vent forcit, les équipiers s’éloignent progressivement du centre de gravité de la yole, en commençant par ceux qui sont le plus à l’avant.

Les bois dressés sont positionnés d’un côté ou de l’autre de l’embarcation selon la direction du vent. A chaque virement de bord, les équipiers repositionnent les bois. Cette manœuvre très physique nécessite une parfaite synchronisation. C’est un véritable ballet auquel nous assistons grâce à ce sport très spectaculaire.

La fonction de gouvernail est assurée par une sorte d’aviron qui n’est pas fixé à la coque, et qui peut accessoirement servir à godiller en début de course ou lorsque le vent fait défaut.

De nombreuses courses et entrainements ont lieu toute l’année en Martinique, mais le clou de la saison sportive est sans conteste le Tour de Yoles, qui déchaine les passions de milliers de spectateurs pendant plus d’une semaine.

Plus d’infos: www.yoles-rondes.com

 

  • Pays d'origine Martinique
  • Propulsion Voile

Laissez un commentaire