La bisquine est un voilier traditionnel de la baie du Mont Saint Michel, extraordinairement puissant et rapide.

Construites pour la plupart entre 1890 et 1930,  on en comptait jusqu’à 400 au tout début du 20ème siècle en baie de Cancale. On appelait ces rassemblements la « caravane ».  Aujourd’hui, ces bisquines ont complètement disparu et on ne peut les admirer que grâce à l’acharnement d’une poignée de passionnés qui ont reconstruit selon les plans et les techniques de l’époque deux bateaux, La Granvillaise et La Cancalaise.

Mesurant une vingtaine de mètres de longueur, la bisquine possède 2 ou 3 mâts supportant des voiles « au tiers », voiles auriques (en forme de trapèze) dont le bord supérieur, ou têtière, est soutenu par une vergue (pièce de bois) dont le point de drisse est situé environ au tiers avant de sa longueur. Les mâts peuvent porter 3 étages de voiles. Pour compléter le gréement, un très long bout-dehors à l’avant et une queue-de-malet à l’arrière supportent respectivement un foc et un tapecul. Les autres voiles (de bas en haut) s’appellent:

  • sur le mât de misaine (situé à l’avant) la misaine, le petit hunier et le petit rikiki ou petit perroquet
  • sur le grand-mât le taillevent, le grand hunier et le grand rikiki ou grand perroquet.

La surface de voile totale peut atteindre 450 m², ce qui est absolument considérable pour un voilier traditionnel de cette taille comparé aux monocoques de course modernes (voir l’article Imoca).

  • Pays d'origine Bretagne
  • Propulsion Voile

Laissez un commentaire